Expositions et reproduction

VOTRE BOBTAIL EN EXPOSITION CANINE

La plupart des gens qui me téléphonent me disent « je veux un chien de compagnie, je ne ferai pas d’expositions, ni de reproduction »et dans la réalité, nous savons que beaucoup de chiens ne sont même pas confirmés. Cette attitude est totalement légitime pour des particuliers. Quant à moi, tout ce que j’attends des propriétaires de mes chiots, c’est qu’ils en soient responsables et qu’ils les aiment. La responsabilité englobe tout le bien être (à vie) du chien : une nourriture appropriée, le fait de vivre sereinement dans et avec une famille, une éducation (un chien non éduqué n’est pas heureux), les balades, les soins nécessaires, etc. Par « amour », j’entends les câlins, les« discussions »… (Il est important de parler à un chien, de tout, de rien : il ne comprend pas ? peu importe, il entend votre voix).

Il n’empêche que, par pur plaisir, certains propriétaires font quelques expos. C’est très bien, et c’est toujours un bonheur que de les rencontrer.Et inutile de vous dire que je suis ravie de voir des Barbary Lane sur les rings.

 POURQUOI DES EXPOS POUR LES ELEVEURS ?

            Mais il me semble qu’un éleveur, et ce quel que soit le nombre de chiots qui naissent  chez lui, a d’autres responsabilités. Ses responsabilités sont de faire son possible pour améliorer la race, tant au niveau du caractère qu’au niveau de la morphologie. Il ne s’agit pas d’eugénisme, celui-ci ne s’appliquant qu’aux humains (chez les chiens, il n’y a pas de considérations sentimentales entre eux. J’ai un mâle à la maison qui adore « ses » femelles, qui les protège, qui est vraiment un amour avec elles, mais je peux vous assurer qu’il n’a jamais refusé d’avoir des chiots avec une autre chienne sous prétexte qu’il tromperait ses copines ! )  Il s’agit de protéger un patrimoine génétique.  A l’heure où l’on déplore la disparition de milliers d’espèces, le moins que l’on puisse faire est de protéger celles qui restent. Or, pour protéger un patrimoine génétique, nul chien n’étant parfait, il faut connaître les qualités et les défauts de ses chiens.  Bien sûr, au bout de quelques années, on a  quelques  « idées »sur nos chiens,  mais quant à moi, bien que propriétaire de bobtails depuis prés de 20 ans, je n’ai nullement la prétention de tout savoir. C’est pour cette raison que mes chiens font des expositions : je veux l’avis de différents juges, et je veux voir les autres chiens afin de choisir celui qui correspondra le plus à la femelle que j’envisage de faire porter. Je suis comme tout le monde, je suis contente quand mes chiens « gagnent », moins quand ils ne sont pas premiers, mais ce n’est pas mon premier souci. Et ce d’autant plus que le phénotype d’un chien (ce que l’on voit) n’est qu’une partie de son génotype. Comment faire pour connaître le génotype d’un chien ?Passer des heures et des heures à rechercher ses collatéraux, à les « étudier », à chercher les qualités et les défauts qui semblent être ceux de cette lignée et  faire preuve d’une excellente mémoire !  Les expositions reviennent cher (frais d’inscriptions, frais de route, parfois frais d’hôtel et de restaurant….) mais il me semble que ceci témoigne du sérieux de l’éleveur et de sa responsabilité vis-à-vis de la race qu’il élève. On peut dire de la plupart des chiens qu’ils sont beaux quand on les regarde « avec le cœur », et c’est souvent vrai. Mais il faut savoir que chaque race correspond à un standard défini, que, à mon sens, les éleveurs se doivent de respecter au mieux. Pour bien connaître où se place son chien par rapport à ce standard, il faut faire des expos.

EXPOSER LES BOBTAILS EST INDISPENSABLE, MAIS INSUFFISANT

            Je crois aussi que si ces expos sont indispensables, elles ne sont pas suffisantes. Il faut aussi se donner la peine d’avoir quelques connaissances en génétique. Il y a bien sûr les stages de la SCC, mais ils ne font pas tout. C’est aussi à chacun de nous de se donner la peine et les moyens de s’informer. Quant à moi, je reconnais avoir une chance immense, car bien que ayant reçu une formation littéraire, je travaille avec des personnes  compétentes en matière de génétique (et de math, car le calcul des probabilités passe par les maths), j’ai des amis médecins, et d’excellentes relations avec la vétérinaire de mes animaux. Tout ces gens m’aident chaque fois que j’en ai besoin, afin de m’expliquer ce que j’ai lu et pas toujours parfaitement compris. (Lisez un livre sur la génétique ou une thèse vétérinaire, et vous verrez exactement de quoi je veux parler !)

LES REPRODUCTEURS BOBTAILS DOIVENT AVOIR UN BON CARACTERE

            Pour ce qui est du caractère, les parents doivent être des bobtails sympas, pas peureux et encore moins agressifs. Le Bobtail Club de France exige que tous les reproducteurs des éleveurs du club passent un test de caractère. Les chiens peureux, agressifs … n’obtiennent pas cet « agrément », et ne peuvent pas reproduire chez ces éleveurs. Enfin, les premiers mois de vie comptent énormément. L’éleveur doit s’occuper un maximum de ses chiots. Les bobtails of Barbary Lane  naissent et grandissent dans la maison, ils ne naissent que lorsque j’ai le temps de m’en occuper, je dors avec eux pendant les 3 premières semaines de leur vie, je passe des dizaines  d’heures à jouer avec eux, à les câliner… et  dés qu’ils sont assez grands, je les laisse jouer et « apprendre les bonnes manières » avec les adultes. Ensuite, c’est votre travail à vous que de donner une éducation au chiot que vous aurez acheté pour qu’il reste un super chien.

Voilà, réunir toutes ces conditions afin de faire naître les meilleurs chiots possibles (et je n’ai pas parlé des éventuels problèmes de santé du bobtail  qu’il faut aussi éviter à tout prix, certaines affections étant héréditaires) n’est pas facile. Il faut du temps, de l’argent, de la volonté.

Contact

  /pages/le_bobtail/dickens_gerardmer.jpg