Historique de la race bobtail

L'HISTOIRE DU BOBTAIL

LE BOBTAIL A DES ORIGINES ANGLAISES

Le  bobtail ou Old English Sheepdog , ou encore berger Anglais ancestral , a des origines pour le moins incertaines. Plusieurs thèses s’affrontent, selon lesquelles, on trouverait dans ses ancêtres : des matins qui auraient voyagé jusqu ‘en Angleterre avec les légions de César, des bergers de Brie (avec certainement du sang de Deerhound), des labris venus de France lorsque celle-ci était en grande partie sous domination Anglaise…..nous ne pouvons pas retenir de certitude, sinon que ce berger a vu le jour en Angleterre.

La première représentation picturale d’un bobtail serait celle peinte par Matthew Dixon (1640-1710), représentant le duc de Grofton. Mais était ce vraiment un bobtail ? Rien n’est moins certain. Le même problème se pose pour un tableau de Gainsborough, représentant le duc de Bucclenth , et datant de 1771.

Quoi qu’il en soit, la première exposition canine dans laquelle trois bobtails furent exposés est celle de Birmingham en 1873, et c’est en 1888 que  le club anglais de l’Old English Sheepdog fut fondé. Il fallut attendre 1904 pour que la race soit reconnue aux USA.

Quelques chiens ont laissé leur nom dans l’histoire du bobtail. Le plus connu fut certainement Walleyed Bob (« bob aux yeux vairons »), un grand reproducteur, et dont beaucoup de nos bobs actuels sont certainement les descendants.

LE BOBTAIL EST UN CHIEN DE BERGER

            Le bobtail est un chien de berger, et sa fonction était de surveiller les fermes et d’aider les bergers dans leur tâche de gardien et de convoyeurs de troupeaux de moutons.

Bobtail signifie « queue écourtée » (ceci expliquant que cette race ne fut pas la seule à porter ce nom). Pourquoi leur coupait on la queue ? Deux versions sont avancées : la première est que cette amputation était pratiquée afin d’être exonéré de l’impôt portant sur les chiens de travail. Selon la deuxième, la queue était coupée pour éviter d’être un handicap pour les chiens lorsqu’ils se battaient contre des congénères, voire contre des loups en surveillant leur troupeau. L’apparence de la race devait également quelque peu différer de celle que l’on connaît aujourd’hui. Son poil devait être beaucoup plus court, dans la mesure ou, chaque année, le chien était tondu, en même temps que les moutons.        

Avec la première révolution industrielle et l’apparition du chemin de fer, les longs parcours des moutons vers les villes où ils devaient nourrir la population disparurent. L’utilité du bobtail fut donc moindre, et il ne dût son salut qu’à la naissance de la cynophilie.

            Il semble que la race arriva en France en 1916 avec les armées britanniques. Particulièrement robuste, elle fut employée sur le front pour tirer des chariots de nourriture ou d’armes. De plus, on utilisait leur poil, que l’on filait, pour en faire des vêtements très chauds.

LE BOBTAIL, UN CHIEN ATTRAYANT

Le grand public français a découvert le bobtail au début des années 80. En 1974, il n’y avait que 7 bobs LOF nés en France, 228 en 1979. Le nombre de chiots va alors augmenter de façon continue jusqu’en 1986 où on atteindra 2622 naissances LOF. La « mode » du bobtail a malheureusement été préjudiciable à la race, dans la mesure où elle a attiré des naisseurs et autres marchands de chiens peu scrupuleux.

Aujourd’hui, le nombre des naissances a sensiblement diminué : 171 en 2006, 172 en 2007 et 227 en 2008.(Néanmoins, un petit regain est à noter avec 291 inscriptions au LOF pour l'année 2011) Il ne reste que peu d’éleveurs, quelques uns faisant partie des élevages du club (dont l’élevage Of Barbary Lane). Cette diminution du nombre d’élevages s’est accompagnée d’un réel travail sur l’amélioration de la race, passant parfois par l’importation de chiens étrangers.

La baisse progressive des naissances de bobtails n’est pas un phénomène uniquement français. Cette régression est visible dans d’autres pays. Pourquoi ?

                        -un chien corpulent qui a besoin d’espace

                        -une obligation de toilettage

                        -les gros chiens coûtent souvent plus cher à entretenir que les petits

                        -on peut aussi l’expliquer par les fluctuations des goûts et l’influence du cinéma, des séries télévisées, des publicités…..

La fin de cette « mode »est une bonne chose, aussi bien pour la race que pour les chiens eux-mêmes.

Aujourd’hui, ceux qui choisissent de vivre avec un bobtail le font en toute connaissance de cause, et non pour faire écho à un engouement collectif. Et c’est une excellente chose !

   

 Contact